INTRIGUE Restauration et Pillage Ailee Sark

 :: Welcome_to_Arcadia :: Échopolis :: Quartier Résidentiel :: INTRIGUE : Restauration & Pillage Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 32
Lun 24 Avr - 10:55
Jour 1/

Qui aurait cru que cela se produirait ? Ailee n’imaginait pas l’ampleur des dégâts jusqu’à ce qu’elle se rende sur les lieux. Un sentiment d’effroi courut le long de son dos, comment… pourquoi ? Sans les architectes, il était apparemment impossible de reboucher correctement la brèche mais la ville avait quand même lancé un appel à la population pour le déblaiement et la reconstruction des bâtiments. Lorsqu’elle avait reçu les informations concernant l’incident, Ailee s’était sentie concernée. Comment ne pas l’être ? Ailee ne souhaiterait pour rien au monde perdre son logement, ou sa boutique… Les gens qui vivaient là venaient de tout perdre ! La jeune femme osait à peine imaginer ce qu’ils pouvaient ressentir…

C’était son jour de congé et ce jour-là, au lieu de faire la grasse matinée, Ailee avait pris le premier car menant à la zone sinistrée. C’est ainsi qu’elle se retrouva dans la file déjà bien pourvue de volontaires. L’attente dura un peu plus d’une heure et demie et c’est tout en piétinant qu’Ailee observait de loin les premiers sinistrés se plaindre pour certains, pleurer pour d’autres ou encore rester apathiques devant les différents psychologues qui les prenaient en charge. Lorsque son tour arriva, la jeune femme se raidit et s’avança face à l’homme qui recensait les volontaires :
« Bonjour… » dit-il d’un ton déjà lassé d’avoir à répéter sans cesse la même chose.
« Montrez-moi votre interface… Je vais vous recenser puis vous attribuer une tâche. »
Nerveuse, Ailee se contenta d’opiner du chef et tendit calmement son bras gauche. L’homme sortit une petite tablette qui scanna rapidement sa peau faisant apparaître l’interface de la jeune fille. Un signal lumineux de synchronisation s’afficha courtement avant d’émettre un bip sonore.
« Et voilà… Je vous assigne au bloc trois… Nous avons installé des panneaux un peu partout… Vous Marchez sur la gauche et lorsque vous vous verrez le panneau bloc trois, tournez à droite. Vous avancerez jusqu’à la pancarte indiquant la mercerie « au fil botté ». Vous aiderez au déblaiement des gravats et au tri de la marchandise… » Il releva les yeux vers elle, ne l’entendant rien dire.
« Heu oui… oui ! » confirma Ailee qui guettait déjà du coin de l’œil l’itinéraire à prendre.
« Très bien, dans ce cas, au suivant ! »
« Merci… ! » Son remerciement restera sans réponse, l’homme était déjà occupé avec le prochain volontaire.

Ailee s’éloigna calmement et un peu hésitante, elle leva le nez pour se repérer.
*Bloc 3… Bloc 3 … Ah là ! Tourner à droite… puis « au fil botté »* se remémora-t-elle.

A chaque pas, la demoiselle sentait ses baskets crisser contre les gravats, la poussière constamment remuée semblait flotter au-dessus du sol de quelques centimètres comme une petite brume. La boutique « au fil botté » se trouvait à quelques centaines de mètres plus loin. Lorsqu’elle arriva sur les lieux, Ailee observa la façade ravagé de l’ancienne mercerie. Le magasin n’était pas très grand, il ne comportait probablement que deux pièces et ne devait pas être très large. Enjambant le muret partiellement détruit qui jadis supportait la vitrine, Ailee chercha quelqu’un du regard. Plus loin, une vieille dame armée d’une pelle et d’une balayette était courbée en deux tout en sanglotant. Elle ramassait lentement les gravats dans un coin de pièce. L’observant, Ailee devina qu’il s’agissait sûrement de la propriétaire. Elle s’approcha lentement et se racla la gorge pour indiquer sa présence :
« Excusez-moi… Je… J’ai été envoyé pour vous prêter main forte… » Commença Ailee.
La vieille dame sursauta en dépit de l’avertissement d’Ailee. Se redressant, elle essuya nerveusement ses larmes et s’excusa :
« Je… Oh oui ! Merci… » Elle porta son regard ridée sur la jeune femme :
« C’était mon magasin vous comprenez… J’avais toujours rêvé d’une mercerie… alors quand je suis venue ici il y a deux ans… je n’imaginais… oh grand Dieu non… je n’imaginais pas… ! »
Ailee s’approcha de la vieille dame calmement et lui posa une main réconfortante sur l’épaule :
« Je sais… » Compatit-elle. Puis de son autre main, elle se saisit de sa pelle et de sa balayette :
« C’est pour ça que je suis venue… je vais vous aider. » elle lui fit un sourire confiant :
« Je propose que vous me laissiez m’occuper des gravats… lorsque je tombe sur de la marchandise, je vous les entreposerais sur la table là-bas. Vous pourrez trier sans vous casser le dos… En attendant, vous devriez vous reposer un peu. »
Dans un premier temps, la vieille dame sembla vouloir contester avant de finalement répondre de manière un peu perdue :
« M… Merci… »
« Ailee… Appelez-moi Ailee. » Elle lui sourit de nouveau :
« Merci Ailee… Vous pouvez m’appeler Madame O’malley.»

Ailee ne comprenait pas pourquoi personne d’autre n’avait été affecté pour aider la vieille dame. Même si le magasin n’était pas très grand, il aurait été injuste de ne pas aider Madame O’Malley. Le fonctionnement qu’elle avait proposé semblait plutôt bien rouler et cela arrangeait bien la jeune fille. Malgré sa minutie, Ailee était bien moins qualifiée que la propriétaire elle-même pour juger de l’état des fournitures en vrac retrouvées au sol. Au cours de la journée, toutes deux purent dégager la majeure partie de la pièce principale du magasin. Ailee avait pu réquisitionner une pelle et une brouette pour évacuer les gravats qu’elle dégageait dans la fosse commune prévue à cet effet. Si la majeure partie de la journée avait été éprouvante pour la demoiselle, voir, l’apaisement et parfois même quelques sourires d’espoirs poindre sur les lèvres de Madame O’Malley était pour Ailee la plus douce des récompenses. En fin de journée, elle aida même la jeune femme à reconditionner ce qu’elle avait pu sauver de sa marchandises en différents cartons bien étiquetés.
« Vous avez un endroit où stocker vos affaires ? » demanda Ailee, soucieuse qu’en plus de ce malheur, la vieille dame ne fasse les frais de pillards :
« Oh… je ne vois pas pourquoi les pillards voudraient du fil et du tissus… mais le gouvernement nous a attribué des conteneurs sécurisés… »
« Je vai vous aider à tout mettre en sûreté en ce cas. »
La jeune femme se servit à nouveau de la brouette et aida Madame O’Malley à transporter ses maigres récupérations jusqu’au petit conteneur qu’on lui avait attribué.

Après avoir passé la journée en compagnie de la vieille dame, Ailee éprouvait une certaine affection pour elle. Aussi se permit-elle-même de la raccompagner jusqu’à son logement pour être sûre u’il ne lui arrive rien. Heureusement pour elle, la vieille dame n’habitait pas dans son magasin, mais avait pu se payer un logement sobre, quelques quartiers plus loin. Madame O’Malley n’était pas certaine qu’Ailee lui soit de nouveau attribuée en tant qu’aide, aussi la jeune femme lui laissa-t-elle l’adresse de son salon de tatouage, l’invitant volontiers à la recontacter pour qu’elles puissent e revoir, une fois ses affaires remises en ordre. La journée avait été harassante… Ailee se demandait même si elle allait pouvoir assumer sa journée du lendemain au salon. Retournant à son logement, elle avait pourtant le cœur en paix, satisfaite d’avoir pu aider son prochain. Elle leva son regard fatigué sur ce ciel qui ne s’embrasait jamais : peut-être que c’était aussi ça se sentir vivant… être utile et pouvoir faire du bien… c’était se faire du bien à soi-même.


HRPG: 1245 mots:)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 32
Lun 24 Avr - 13:00
Jour 2/

Quelques jours après avoir effectué son premier travail, Ailee retourna sur les lieux sinistrés. Il lui semblait que l’attente pour l’attribution des postes était de plus en plus longue. Echopolis faisait une large propagande pour que les lieux soient le plus rapidement restaurés. Ailee regretta de n’avoir pas eu l’idée de se lever plus tôt, soucieuse de ne souffrir d’aucun bug, elle avait gardé un rythme de sommeil journalier de plusieurs heures pour être certaines que ses mises à jour soient faites en temps et heure. Durant l’attente, elle se demanda si les réparations de la boutique de Madame O’Malley avaient avancé et décida que si son secteur ne se trouvait pas trop loin, elle irait faire un tour pour voir comment les choses avançaient.

De nouveau elle se présenta face au recenseur et présenta son interface avant même qu’il ne lui demande. L’homme sembla satisfait de son réflexe et se fendit d’un bonjour courtois. Tout en scannant son interface, il regarda son écran pour déterminer où la jeune femme serait le plus utile. La synchronisation s’opéra et il annonça :
« Bloc 7 allée 3 ! Vous tournez à droite après le stand et marchez sur bien 800 mètres, vous devriez trouver sans trop de problème. »
Ailee hocha de la tête et s’éloigna tout en cherchant l’allée du regard. Son regard dériva autour d’elle… Il lui semblait que dans ce chaos, un peu d’ordre commençait à émerger. Ca et là des tas de gravats c’étaient formés, des volontaires étaient en train de les évacuer pour ne pas encombrer les allées. La fine couche de poussière en suspension était encore présente, mais Ailee sentait que l’air était moins chargé, moins pollué. Peut-être était-ce aussi dû au fait que les gens semblait avoir surmonté le premier choc de l’attaque et que tous étaient désormais concentré à la restauration du site. En réalité, les tensions premières s’apaisaient au profit d’autres tensions : les pillards… Apparemment plusieurs bandes de la Fournaises avait migré à Echopolis et profitaient de ce chaos temporaires pour remplir leurs poches vides au détriment des habitants victimes de cette catastrophe. Ailee ne comptait pas les rencontrer, c’est pour cela qu’elle veillait à toujours repartir en même temps que la majorité des volontaires, dans la foule, elle ne serait pas remarquée et avait moins de chance d’être prise à partie.

Lorsqu’elle arriva dans l’allée 3 du bloc 7, Ailee sentit le découragement saisir ses épaules. La zone n’était presque pas déblayée et de gros blocs entravaient encore la route. Dans un soupir, elle s’approcha d’un groupe de personne qui était en train de nouer plusieurs cordes autour d’un gros bloc :
« Excusez-moi… Vous avez besoin d’aide ?... On m’a assigné à ce bloc ! »
Un imposant bonhomme se tourna vers la demoiselle. La moustache en broussaille, il lui répondit d’un rude accent :
« On a toujourrrs besoin de brrras, même de p’tit dans ton genrrrre ! tu vas nous aider à tirrrer ce gros bloc de là… Mets-toi doncheuuu sur le côté. »
Ailee hocha de la tête, un peu décontenancée et amusée par un tel accent.
Quelques instants plus tard, les cordes furent tendues et plusieurs files de volontaires se mirent les uns derrière les autres pour tirer chacun et tous ensembles sur une corde. Ailee prit place entre deux personnes et au signal tira de toutes ses forces. Lentement le bloc bougea. Ce dernier n’avait pu être déplacé par les tractopelle sous peine de démolir inutilement une partie du bâtiment encore soutenue par une poutre. Les volontaires tirèrent plus de deux heures sur les cordes, faisant glisser lentement mais sûrement le gros bloc en direction des imposantes machines de démolitions qui ensuite prendraient le relais.

Tous prirent une pause et c’est pendant ces quelques minutes qu’Ailee en profita pour revenir sur ses pas et se diriger vers le bloc 3. A la recherche du « fil botté », elle découvrit avec satisfaction que le magasin avait été déblayé et que la restauration des murs et de la vitrine avaient commencés. Madame O’Malley semblait absente ce jour-là… Mais Ailee songea qu’elle devrait la prochaine fois signaler à la personne en charge de la répartition des rôles qu’elle pourrait aussi s’occuper de la peinture des façades en proposant des œuvres personnalisés gratuitement. Elle avait par ailleurs déjà sa petite idée de ce qu’elle allait proposer à Madame O’Malley ! Pour sûr, personne ne pourrait plus ignorer sa boutique avec un tel design et Ailee souhaitait de tous cœur que le commerce reprenne de manière florissante pour la vieille dame. La jeune fille se restaura non loin du premier chantier sur lequel elle avait œuvré tout en imaginant les multiples possibilités du projet qui mûrissait dans sa tête. Lorsque la pause fut terminée, elle retourna auprès de son second chantier.

Tous avaient déjà repris le travail. Ailee se mêla aux autres volontaires et commença à déblayer l’intérieur du bâtiment. L’homme bourru de tantôt vint lui donner un casque de protection… un peu trop grand, mais on ne rigole pas avec la sécurité, alors Ailee le garda même si elle dût régulièrement le réajuster. Pelleter… Ramasser… Vider, Pelleter… Ramasser… Vider. Le restant de la journée se passa de manière similaire. Les muscles du dos endoloris, Ailee observa le désencombrement qu’à eux tous ils avaient opéré. Les trois premières pièces du bâtiment étaient désormais vides. Des poutres de maintien avaient été rajoutées au cours de la journée pour assurer la sécurité des travailleurs. La consolidation et la restauration des murs commenceraient dès le lendemain. D’autres équipes de volontaires arrivèrent à ce moment-là, armés d’aspirateur puissants pour évacuer la moindre poussière encore présente sur les lieux. Ailee se recula et les observa un instant. Les réparations allaient être longues, mais voir autant de personnes se mobiliser réchauffait le cœur de la demoiselle. Echopolis s’en relèverait, quoiqu’on en dise et bientôt les pillards n’auraient plus qu’à retourner chez eux, les poches aussi vides que lors de leur arrivée. La jeune femme s’étira et s’éloigna du chantier. Elle ne rêvait plus que d’une chose, une bonne douche et un peu de repos.
*Un peu de marche, un bus… et hop dodo !*
La jeune femme sourit à cette pensée… si elle continuait de travailler dur et d’aider son prochain. Tout cela finirait par payer, bientôt elle pourrait se payer son propre logement… et peut-être y inviter quelques amis ?... Encore faudrait-il qu’elle arrive à se faire des amis, mais cela viendrait !

HRPG: 1082 mots:)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arcadia :: Welcome_to_Arcadia :: Échopolis :: Quartier Résidentiel :: INTRIGUE : Restauration & Pillage-
Sauter vers: