Je suis une fourmi. - Ant

 :: Transfert_Conscience :: Incoming_connections... :: Transfert valide Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ant
avatar
Messages : 13
Localisation : au couvain
Métier : archiviste en formation
Mer 22 Mar - 19:25



1
Identité

Nom :
Lamontagne

Prénom :
Antoine

Surnoms :
Ant, Toine, Toinou, Toinette...

Âge pré-Arcadia :
17 ans

Sur l'Arcadia depuis :
près d’un an

Sexualité :
Bien que désirée, floue.

Métier :
Archiviste en formation

Faction :
Aucune

Lieu de vie :
Echopolis

Vous souhaitez une capacité spéciale?
Pas de suite.

Situation familiale :

Célibataire et seul de chez lui

Ambitions :

Il rêve de devenir un rider, mais doute en avoir l’étoffe.

2
Portrait Robot

CARACTÈRE

Si l’on passe outre la bouillie, l’on peut dégoter une certaine profondeur, là-haut là-dedans. Plus intelligent qu’il ne le laisse paraître, Antoine observe davantage qu’il ne juge et s’interroge bien plus qu’il ne se répond. Foncièrement généreux de son temps comme de sa personne et de ses maigres biens, Ant est de ces êtres qui ne parlent pas très fort et qui ne sauraient que difficilement hausser le ton.
La patience lui est toute naturelle et devant les inévitables conflits il préférera autant que possible se réfugier dans les marges ou tourner le dos. Contemplatif, doux et bienveillant, à creuser l’étrange davantage on finira malgré tout par dévoiler quelques zones grises, soient :
Un informe et timide mal-être, une légèreté vaguement nauséeuse de l'existence. Il n'en sourira doucement et gentiment pas moins seulement, il y a à l'abîme de son cœur un gouffre creux, mais doux comme un silence, gobeur d'échos et ravaleur de bonheurs.
Un esprit frémissant et avide de choses aussi nombreuses que disparates, une tête désireuse de se distraire à coups de connaissances diverses et d'inspirantes sinon vaines, sinon étourdissantes, observations aussi passionnantes que somnifères.
Enfin, une soif de dessein qui tend parfois à le faire trébucher ou dévier vers d'horizons à potentiel pernicieux.

Électron libre et fluide plus qu'il ne saurait jamais le reconnaître.
Et j'ai nommé, deux points, Ant.
PHYSIQUE

Nulle extravagance, vous lui reconnaîtrez une agréable, presque sympathique banalité. C’est à grands coups d’espoir qu’il convoite le mètre quatre-vingt et prie pour que les quelques centimètres qui l’en séparent daignent lui faire la grâce de se loger entre ses vertèbres.
Antoine est blême et arbore toujours les restes de son teint de groseille hérité de sa vie d’avant. Avec ça, deux grosses billes bleues délavées en guise de yeux et un feuillage brouillon de fin d’automne pour habiller ses idées.
De part et d’autre de sa petite tête ovale se déploient ses immanquables oreilles. Ça contribue à entretenir son air innocent d’enfant qui oublie de grandir. Il est vrai qu’Ant tient davantage de l’adolescent que du jeune homme. Son expressivité sans nuances et la curiosité exposée de son regard a l’appui.
Banal dans ses traits mais plus encore dans ses goûts vestimentaires, l'adolescent sans épaisseur se meut tête par devant, regard traînant du bout de ses baskets à la frontière des regards. C'est de fripes ternes et lousses à la Kurt Cobain qu'il couvre sa fibreuse dégaine.
HISTOIRE

Hit and run : y'a trop de fourmis qui crèvent aux coins des rues

« Alice? Il faut que tu m’aides, Alice. Il n’y a plus que toi pour m’écouter. Que du silence pour m’entendre mais toi, toi dans le silence. Pour m’écouter.
Je raconte n’importe quoi, Alice. C’est pour mieux me distraire, m’occuper à penser à autre-chose qu’à ma propre disparition.
Je disparais.
Alice, tu m’entends? Je disparais.
C’est pourquoi il faut que tu m’aides. Je suis inconsistant et je t’avoue que ça commence à faire peur. À moi, surtout.
J’y ai souvent pensé pourtant, du temps d’avant, à mon inconsistance. De ces racontars de vivants pour se consoler de la mort et de la trop souvent trop pesante absurdité d’être.
Ces grands mots… Me roulent sur la langue et glissent entre mes doigts avant de s’abîmer entre les touches du clavier.
On n’aime pas ces grands mots. Aussi énormes que communs et vides comme le globe-terrestre qui prend la poussière dans la bibliothèque.
Qui sait Alice, si on ne prend pas nous aussi la poussière sur une étagère quelque part, dans la chambre de quelqu’un qui aurait oublié comment respirer.

Sur ma table de chevet, aussi profondément que moi dort le premier volume de La mécanique de l’être. Je l’ai lu et relu, mais rien n’y fait. Les rouages ne tiennent plus. La rouille m’a gangrené jusqu’au moelleux du cœur.
Pardon Alice, mais je n’ai plus que toi. Je te fais la cible de ma solitude, ingrat, et t’agresse mais sans voix pour t’écorcher ni mains pour t’égorger. Je t’agresse avec mon âme d’égaré et ma pensée fuyante.
C’est exactement cela.
Ma pensée fuit comme de l’eau dans une gouttière trouée.
La faute à ma vie accidentée. J’ai laissé mon corps coin Saint-Georges et Dussault.
Par un petit matin banal (il était une fois), je me promenais comme à mon habitude avec le chien, Rocky. Comme à son habitude, le soleil ne s’était pas encore tout à fait levé. Paupière mi-close il ne laissait paraître que quelques lueurs de jour dans la nuit en cours de dissolution. Dans le brouillard du rêve, je marchais d’un bon pas dans les rues désertes.
De la musique plein les oreilles.
Je n’ai pas plus entendu qu’aperçu la voiture à la l’angle mort de ma conscience. Aussi m’a-t-elle happé de plein fouet. Rocky d’abord, moi ensuite, mais suffisamment fort pour que tous deux valsions avec les étoiles. Rocky n’est jamais redescendu. J’ai fini par succomber à la gravité.
On a emballé mon grand corps lambeau dans la boîte d’une ambulance et de justesse on m’a maintenu de ce côté-ci de l’existence en attendant de me confier aux bons soins des machines.

La mécanique de vivre.

C’est leur spécialité.
Je suis devenu loque frémissante sous les draps blêmes d’un lit froid d’hôpital. Des heures et des jours, des nuits et des semaines, des semaines, des mois…
Jusqu’à ce qu’aujourd’hui je te demande pardon encore : pardon, Alice, pour cette insoutenable lourdeur.
Car point de merveilles ici-bas au pays des pixels. Et donc fais-moi plaisir, reste où tu es et on se retrouvera sur la lune. »

Petites et grandes vérités en "A" majuscules.

Il fut une fois un jeune homme. Fracassé, on le fit scaphandrier et l'envoya en terre ouateuse -  le fit comateux - oui, l'on décida de l’envoyer outre-orbite. Là où son esprit saurait s’émanciper de ses chaînes de chair et d’os.
(Antoine)

Il fut une fois Ant. Au sortir d’un long très long très très long sommeil, toujours brisé de sa personne, il songea que pour palier au décalage qui l’avait poussé en bordure du reste du vrai monde, il vaudrait mieux s’exiler en d’autres temps.
(Arcadia)

Il fut une fois un puceau amoureux d’une idée romantique : tomber amoureux d’une jeune fille dont un océan le séparait et une réalité le séparerait. Toujours peut-être, longtemps sûrement.
Les amours impossibles n'ont-ils pas le "charme" du platonisme…
(Alice)

Il fut une fois un jeune Arcadien à la mémoire vaguement brouillée. À peu près bon à rien, il atterrit par un presque heureux hasard et comme par mauvaise plaisanterie du destin, au royaume des souvenirs.
(Archives)
3
Qui es-tu ?


Prénom : Jo
As-tu plus de 16 ans ? yep
Où as-tu trouvé le forum? Top-site
Une remarque à faire ? Le contexte est original, propice aux coups de foudre. (témoignage de victime)
Peut-on réutiliser ton personnage si tu quittes le forum ? plutôt non… Mais le cas échéant j’y repenserai. (merci de demander ^^)

(c) Reira de Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Stan
Admin
avatar
Messages : 85
Localisation : Partout
Métier : Maître de l'Arcadia
Mer 22 Mar - 20:52



✔️

Tu es validé !



Sois le bienvenu Ant,

Je dois avouer que j'ai été un peu surpris par l'histoire que tu nous pose ici, mais dans le bon sens du terme. Tu as une belle plume, la façon dont tu parles de ton personnage est très poétique. Bref moi j'ai apprécié et mes yeux te remercient. Je l'aime déjà ton Antoine ! Smile

J'espère que tu te plairas sur l'Arcadia, dans tous les cas, félicitations tu es validé.


• Tu es validé, que faire maintenant ?

1 - Tu peux commencer par créer ta Base de donnée Personnelle, qui est en quelque sorte un récapitulatif de ton personnage, de tes rps, des liens que tu recherches, de ton inventaire etc.  
2 - Crée ton espace mail ICI
3 - Tu peux ensuite faire une Proposition RP ou te lancer directement dans un RP ouvert ou Solo.
4 - Des Missions sont également disponibles, elles te permettront de gagner un peu d'argent.  
5 – Et si tu as des questions, ou des suggestions c'est par ICI!

Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arcadia :: Transfert_Conscience :: Incoming_connections... :: Transfert valide-
Sauter vers: